LA POMPE

 

 

Le puits de cette pompe atteint entre 8 et 10 mètres de profondeur. La maçonnerie est établie au mortier de chaux sur une épaisseur de 30 cm avec blindage pour éviter tout éboulement.

L'origine de la pompe

 

Le 10 juin 1888, une pétition signée par huit Chamarandais demande à la commune l’installation d’un puits avec pompe à proximité de la croix.

 

Les pétitionnaires expliquent que « leur quartier est dépourvu de l’eau nécessaire aux usages domestiques et qu’alors ils sont obligés d’aller chercher cette eau à la fontaine communale [à proximité du lavoir] qui est assez éloignée de leurs habitations ce qui leur occasionne des désagréments considérables ».

Ils s’inquiètent également de ne pouvoir éteindre rapidement un incendie qui pourrait se déclarer dans l’une de leurs maisons.

 

Pour convaincre la commune, ces huit habitants offrent de fournir « 22 journées d’hommes et deux journées de voiture ou une somme de cent vingt francs ». 

 

Peu après, le 24 juin 1888, le conseil municipal vote la construction du puits. Le 28 octobre 1888, M. Amodru, maire de Chamarande et propriétaire du château, s’engage à faire construire à ses frais, sur la place de la croix, un puits pour la commune.

Les travaux sont confiés à l’entrepreneur et puisatier Boëte de Savigny-sur-Orge.

En 1930, le conseil municipal vote l’exécution de travaux d’adduction pour l’eau potable. Une étude révèle alors que l’eau issue des puits est jugée dangereuse à la consommation.

En 1961, la commune fait ajouter la mention « eau non potable » sur la pompe car « l’eau distribuée dans ces pompes ne présente pas une garantie absolue d’hygiène ».